Analyse systémique

Maintenant que les difficultés ainsi que les idées d’approche liées aux systèmes complexes sont énoncées, nous allons décrire la méthode d’analyse de ces derniers. Afin d’expliquer le plus clairement l’analyse systémique, nous nous appuierons sur la figure 3.

Sans titre4

Figure 3 : étapes de l’analyse systémique pour les systèmes complexes.

La première étape consiste à comprendre grossièrement le système dans sa totalité. Cet aperçu fournit les composants primitifs, les agents, ainsi que leur structuration, leur action. Leur organisation au sein de la structure peut suivre des schémas ordonnés ou suivant des lois markoviennes.

Un système complexe est souvent décrit comme un système de systèmes. Ces systèmes, qui nous appellerons organes, possède une structure, des objectifs et des schémas d’agents bien définis, même si leurs quantité,  qualité et position dans le système peut être aléatoire. Etant un système à part entière, l’organe possède sa propre dynamique et organisation résultant de l’émergence par ses agents. Par son rôle bien déterminé, il possède ses propres algorithmes, processus et méthodes.  Cette étape de l’analyse est cruciale, et déterminera le bon fonctionnement du système. Une mauvaise définition des organes peut mener à un système ne répondant pas aux attentes ou ne représentant pas le système dans son entièreté.

Les organes sont interconnectés, le fonctionnement de certain processus dépend des informations provenant d’autres organes. La communication est un point important du système complexe. La synchronisation et l’échange des données garanti le bon déroulement des algorithmes internes ainsi que leur pertinence.

Le système n’est pas statique mais est soumis à ses contraintes internes ainsi qu’à des contraintes externes. Il doit donc s’adapter à tout moment à son environnement que ce dernier soit aléatoire, prédéfini ou stochastique. Un système de rétroaction des informations en bottom-up et top-down couplé à un système d’apprentissage garantie la protection face aux erreurs, incidents ou ruptures spontanés. Cette autorégulation garantit en tout instant le bon fonctionnement du système complexe.

 

Publicités